Chiffrer le business plan

En chiffrant votre projet d’entreprise, vous en mesurez à la fois la viabilité, la rentabilité et le besoin en crédits. Mais en suivant quelle méthode ?

Première partie du plan prévisionnel : C’est le tableau des ressources (capitaux, dettes) et emplois (actifs immobilisés et circulants, liquidités). Le total dans la colonne « ressources » doit évidemment égaler le total de la colonne « emplois ». Le besoin financier à combler correspond à la somme des besoins listés ci-dessous moins les fonds propres apportés par les promoteurs (en nature et/ou en numéraire).

Estimation des actifs immobilisés

Il s’agit de lister prudemment et exhaustivement l’ensemble des besoins pour le lancement de l’activité et un fonctionnement normal de l’entreprise: immobilisations incorporels (clientèle, brevets, licences, frais de recherche et développement, site web…), corporels (bâtiment, aménagements, machines, outillages, engins, matériel roulant, mobilier de bureau) et financières (garanties en faveur de tiers).

Valorisation des actifs circulants

Le volume du stock initial sera déterminé en fonction des estimations commerciales. Le prix sera fonction des offres fournisseurs sélectionnés et négociées. Un juste équilibre devra être recherché. Le but n’est ni de se retrouver très rapidement en rupture de stock ni d’immobiliser trop de trésorerie. L’idéal est d’opter pour du « just in time » quand c’est possible. Cela consiste à ne pas stocker du tout ou ne stocker que ce qui est déjà vendu. Par exemple, une entreprise qui écoule les stocks d’autres enseignes à travers des ventes en ligne (via un ou plusieurs sites web de e-commerce).

Calcul des liquidités: la trésorerie initiale

En fonction de la longueur du cycle d’exploitation (laps de temps entre le décaissement des frais et l’encaissement des ventes), le cash de départ doit permettre de couvrir entre 3 et 6 mois de frais fixes (frais généraux, salaires, frais de sous-traitance, charges financières…). Prévoir également les frais de création de la société, le préfinancement de la TVA (si pas déjà incluses dans le montant des actifs ci-dessus) et la campagne publicitaire de lancement.

Seconde partie du plan financier: C’est un tableau de prévision de rentabilité sur 3 à 5 ans. On va y détailler les produits (revenus) et les charges professionnelles (dépenses). La différence entre les deux donnera le résultat comptable (bénéfice ou perte).

Produits prévisionnels

  • Prévision du chiffre d’affaires

Le calcul des ventes prévisionnelles se fait hors TVA et peut se baser, par exemple, sur les paramètres suivants: nombre de clients, panier moyen d’achat d’un client, fréquence d’achat, nombre de jours ouvrable. L’essentiel est de travailler avec des hypothèses réalistes basées sur l’étude de marché et les analyses comparatives. Le but est plus de dégager une tendance du chiffre d’affaires prévisionnel que de le calculer au centime près.

  • Prévisions des autres produits d’exploitation:

Il peut s’agir de subvention publiques, de recettes de sponsoring ou de tout autre revenu non lié à la vente de produits ou services de l’entreprise.

Charges prévisionnelles (hors TVA)

  • Estimation des frais variables

Les frais variables (ou coûts des ventes ) sont les frais qui varient en fonction du chiffre d’affaires. Il s’agit souvent des achat de matières premières et marchandises ou des frais de sous-traitance. Ces frais estimés en multipliant leurs prix d’achat par la quantité nécessaire selon les prévisions de vente. Il est nécessaire de s’assurer que la marge dégagée sur les ventes (« ventes » moins « frais variable » divisé par « ventes ») correspond aux normes habituelles du secteur.

  • Détermination des frais généraux

Sur base d’un plan comptable, il est possible de lister les charges habituelles qui concernent votre entreprise. Il s’agit, par exemple, des frais de location, énergie, télécommunications, assurances, fournitures de bureau, honoraires, frais de restaurant, catalogues et imprimés, publicité,

  • Calcul des salaires

Il s’agit de calculer les salaires en termes de coût patronal. Précisez le profil des personnes que vous avez besoin d’engager et demander une simulation du coût annuel pour chaque employé à votre expert-comptable ou à un organisme habilité. Le calcul devra tenir compte de l’indexation et des aides publiques à l’embauche.

  • Calcul des amortissements

Ils seront généralement calculés en linéaire. Par exemple la durée de vie d’un bien est estimé à 5 ans, vous prendrez une charge annuelle d’amortissement de 20% du prix d’acquisition hors TVA.

  • Calcul des charges financières

Les charges de remboursement des dettes financières pourront être simulées par votre banquier (ou à faire vous-même sur un tableur en veillant à mettre un taux d’intérêt réaliste)

  • Estimation des impôts

Sauf exemptions et retraitements éventuelles, l’impôt à payer correspond au résultat du bénéfice comptable par le taux d’imposition.

Résultat comptable et cash flow libre

Si les produits sont supérieurs aux charges, le résultat comptable sera un bénéfice. Si c’est l’inverse, le résultat sera une perte qui entamera les fonds propres de l’entreprise. A côté du tableau des prévisions de rentabilité et du tableau des ressources et emploi, il est vivement conseillé d’établir également un tableau de trésorerie prévisionnel. Ceci permettra une évaluation pointue du cash flow libre.