Cash flows

Read it in english

Le tableau de trésorerie (ou cash flow statement) est un outil essentiel pour anticiper l’excédent ou le besoin futur de trésorerie d’une entreprise.

Que ce soit pour démontrer sa capacité de remboursement à son banquier, pour convaincre un investisseur ou pour prendre des décisions en matière de gestion, le tableau de trésorerie est un outil incontournable.

Mais comment procéder pour l’élaborer?

Il faut, au préalable, disposer des comptes historiques de l’année t à savoir le bilan comptable et le compte de résultats (P&L). Ensuite il faut établir des comptes prévisionnels (bilan + P&L) pour l’année t+1. Après, il n’y a plus qu’à passer par cinq étapes de calcul:

Première étape : calculer le cash flow opérationnel prévisionnel

Le cash flow opérationnel prévisionnel est calculé en rajoutant au résultat prévisionnel net (bénéfice ou perte comptable prévisionnelle nette) les charges prévisionnelles non décaissées et en soustrayant les produits prévisionnels non encaissés. Les charges non décaissées sont les amortissements, les provisions et les charges constatées d’avance. Les produits non encaissés sont les plus-values immobilières ou financières non réalisées, les reprises d’amortissements, les reprises de provisions et les produits constatés d’avance.

Deuxième étape : calculer la variation prévisionnelle du besoin en fonds de roulement

Les créances et les stocks immobilisent de la trésorerie. C’est ce qui explique que leurs variations à la hausse ou à la baisse ont un impact respectivement négatif ou positif sur la trésorerie. C’est aussi la raison pour laquelle une croissance des activités (et donc du chiffre d’affaires et des créances) nécessite un financement supplémentaire du besoin en fonds de roulement. Les dettes commerciales, fiscales et sociales représentent une ressource pour l’entreprise. C’est pourquoi leurs variations à la hausse ou à la baisse aura un impact respectivement favorable ou défavorable sur les liquidités.

Exemples :

– La variation prévisionnelle du poste «client » (créances au moment t+1 – créances au moment t) :

S’il est prévu une augmentation des créances commerciales en t+1 (par exemple, suite à l’augmentation attendue du chiffre d’affaires), la variation à prendre en compte aura un impact négatif sur la trésorerie.

– La variation prévisionnelle des «stocks» (stock au moment t+1 – stock au moment t)

Si on estime que les «stocks» vont augmenter en t+1 (par exemple, on prévoit plus de ventes, alors on achète plus ou on produit plus), la variation à prendre en considération influencera négativement la trésorerie.

– La variation prévisionnelle des «fournisseurs» (dettes au moment t+1 – dettes au moment t) :

S’il est prévu que les dettes commerciales vont diminuer (par exemple, les fournisseurs exigent des délais de paiements plus rapides), leur variation aura un impact défavorable sur les liquidités de l’entreprise.

– La variation des dettes fiscales et sociales (dettes au moment t+1 – dettes au moment t) :

Si les dettes fiscales et sociales prévisionnelles augmentent, leur variation aura une influence positive sur la trésorerie.

Troisième étape : tenir compte des investissements et des désinvestissements

Le fait d’investir dans de nouveaux actifs, sur fonds propres, aura pour conséquence une diminution de la trésorerie. Tandis que la vente d’actifs (désinvestissement) augmentera les liquidités.

Quatrième étape : considérer les modifications de capital, des comptes courants et la variation des dettes financières

La variation positive du capital de l’entreprise, des comptes courants des associés (au passif du bilan) et l’augmentation des dettes financières aura un impact positif sur le cash flow.

Cinquième étape : calculer le cash flow libre prévisionnel

Le cash flow libre en t+1 est obtenu en rajoutant les liquidités actuelles au moment t à la trésorerie prévisionnelle au moment t+1. Si cette somme est positive, la trésorerie en t+1 sera excédentaire. Si, en revanche, la somme donne un montant négatif, on sera face à un besoin de trésorerie en t+1.