Eckhart: un maître mystique actuel !

« Ceux qui vivent à l’ombre de Sa proximité, Le perçoivent en tout. » (Extrait de Schizophrénie quantique)

Maître Eckhart fut accusé d’hérésie par l’inquisition en 1329. Ce n’est pas son orthodoxie qui était mise en cause, mais l’enthousiasme des foules pour ses paroles.

Eckhart Von Hochheim est un théologien, philosophe et mystique dominicain allemand. Ses élèves et condisciples l’appelaient admirativement « Meister Eckhart ». Il était l’un des rares hommes d’église de son époque à se dévouer à la contemplation et la connaissance de soi, sans prétention ni attrait pour l’argent.

Lors de son procès, il a été interrogé par le chapitre de la cathédrale de Cologne. Il clama son orthodoxie : “Je peux me tromper, mais je ne peux être hérétique ; car l’erreur dépend de l’intelligence, l’hérésie de la volonté”. La pensée du Maître demeura incomprise et une grande partie de ses œuvres, empreintes d’idées proches du soufisme, du bouddhisme et du néoplatonisme, fût condamnée. Paradoxalement, la réhabilitation de Maître Eckhart, 750 ans plus tard, aboutit au jugement qu’il n’a jamais eu besoin d’être réhabilité.

Qu’est-ce que le néoplatonisme et la non dualité ?

Le néoplatonisme serait apparu à Rome vers 232 suite, notamment, aux travaux de Plotin. Ce dernier a tenté de concilier la pensée de Platon avec les spiritualités orientales. Ce courant philosophique insiste sur le principe de l’unité et de l’expérience spirituelle, tout comme le soufisme. Le néoplatonisme s’intéresse au problème du « Un/Multiple » dont quatre principes pourraient déterminer la solution :

  • « Toute multiplicité suppose une unité qui lui donne sa structure »
  • « Toute unité transcende la multiplicité qu’elle unifie » : principe de transcendance.
  • « Toute multiplicité est contenue en quelque manière dans l’unité qui la transcende » : principe d’immanence.
  • « Toute réalité qui, pour se réaliser, doit sortir de l’unité où elle était contenue, ne peut se réaliser pleinement que par un retour à l’unité dont elle émane » : principe de conversion.

Quant à la non-dualité, c’est un enseignement que l’on retrouve dans plusieurs sagesses et traditions d’orient telles que l’Hindouisme (Advaita Vedanta), le Bouddhisme, le Taoïsme et le Soufisme.

Déité transcendante et Dieu immanent

Maître Eckhart introduit l’idée d’une Déité transcendante et passive. Il la distingue de Dieu l’immanent qui agit. Selon lui, l’essence divine ou Déité (Gottheit) a conçu, passivement, tout le potentiel infini de l’existence dans l’éternité absolue. Au commencement du temps, a eu lieu la création active (c’est le tsimtsoum évoqué par la kabbale), et l’immanence de Dieu.

Le Créateur, se manifeste en tirant sa création du néant, à partir d’un potentiel infini. Cette distinction entre Dieu et Déité, Eckhart l’explique par les limites de notre intelligence humaine et de notre compréhension réduite. En réalité, Dieu et Déité ne font qu’Un qui ne connaît ni antériorité, ni postériorité, ni début, ni fin.

L’empreinte de Dieu

« Tout ce que Dieu voit, il le voit en lui-même. C’est pourquoi Dieu ne nous voit pas quand nous sommes dans le péché. Dieu nous connaît dans la mesure où nous sommes en lui, c’est-à-dire dans la mesure où nous sommes sans péché. »

Eckhart considère que chacun de nous, pour peu qu’il le veuille vraiment, est capable de s’ouvrir à la grâce de Dieu. L’âme est spirituelle, elle est de la race de Dieu. Elle désire retourner à Lui qui est sa fin comme Il est son origine (principe de conversion). La partie la plus profonde de l’âme (grunt), le fond sans fond, échappe au temps et à l’espace. C’est une empreinte de Dieu qui est apte à L’accueillir en nous.

Apprendre à accueillir Dieu

« Pour accueillir Dieu comme on le doit, il faut l’accueillir également en toutes choses, dans les peines comme dans la satisfaction, dans les larmes comme dans la joie. En toutes choses, il doit être le même pour toi. « 

« Lorsque nous sommes élevés au-dessus de toutes choses et que tout ce qui est en nous est porté en haut, rien ne pèse sur nous. Ce qui est au-dessous de moi ne pèse pas sur moi. Si je tendais uniquement vers Dieu, de sorte qu’il n’y ait que Dieu au-dessus de moi, rien ne me semblerait pénible et je ne serais pas si facilement affligé. »

Le détachement et les dons de Dieu

Tout chose que Dieu nous donne ne nous appartient pas. Elle n’est pas à nous, car Dieu peut la reprendre. Il s’agit donc de considérer toute chose possédée comme si elle nous était prêtée. Dieu veut être notre seul et absolu bien.

Selon Eckhart, l’âme ne peut retrouver Dieu, que si elle est détachée des tentations terrestres et des passions de l’ego. Si nous nous détachons, nous recevons en échange tout ce qui est au ciel. Dieu nous offre alors l’immensité du ciel avec toute sa puissance. Eckhart est l’un des rares à considérer qu’il est possible de s’abandonner à Dieu sans toutefois devoir abandonner le monde.

La liberté pour l’union en Dieu

Pour que Dieu naisse en l’âme de l’être humain et fasse de lui un fils, l’homme doit être complètement détaché, libre par rapport à lui-même et par rapport à tout.
Ainsi Eckhart apporte une interprétation originale de la liberté décrite comme le détachement salutaire de l’homme noble.

Cette liberté se concrétise par l’union en Dieu. L’homme noble, c’est l’homme pauvre ou l’homme humble qui a trouvé son unité intérieure. « Dans le Un on trouve Dieu, et il faut que devienne Un celui qui doit trouver Dieu. »

Extase mystique

Les textes de Maître Eckhart font allusion, en filigranes, à une possession de Dieu tranquille et permanente. Il est resté extrêmement discret sur ses expériences d’extase mystique.

Quelques citations de Maître Eckhart

  • L’âme est anonyme.
  • Dieu a établi l’âme dans la libre détermination d’elle-même, en sorte qu’il ne veut rien lui imposer au-dessus de sa libre volonté, ni exiger d’elle quelque chose qu’elle ne veut pas.
  • Les gens réfléchissent trop à ce qu’ils doivent faire et trop peu à ce qu’ils doivent être.
  • Dieu est le Dieu du présent.
  • Dieu est le Verbe, un Verbe que l’on ne peut exprimer.
  • Le regard par lequel je Le connais est le regard même par lequel Il me connaît.
  • Que l’homme aille loin ou près, Dieu ne va jamais loin, il demeure toujours proche.
  • Le but de Dieu est que nous soyons le Fils unique.

Son oeuvre principale est « la Divine Consolation » suivie de « l’homme noble »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s